• [Critique] Cookie Monster

    [Critique] Cookie Monster

    Prix Hugo 2004 Catégorie Novella
    Prix Locus 2004 Catégorie Novella

    Après la première fournée de titres de la nouvelle collection Une Heure-Lumière - à savoir Dragon de Thomas Day et Le Nexus du docteur Erdmann de Nancy Kress - voici la deuxième vague de février 2016. Toujours superbement illustré par le génial Aurélien Police, ce troisième volume de cent pages cumule fièrement deux prix : le Locus et le Hugo. Rien que ça. Cookie Monster est l'oeuvre d'un illustre écrivain américain de science-fiction, Vernor Vinge, surtout connu (et reconnu) pour Un Feu sur l'abîme et Au tréfonds du ciel, deux romans récompensés par le prix Hugo. Inutile de dire qu'avec un tel CV, on attend énormément de cette novella. Et ça tombe bien puisqu'en une centaine de pages, Vinge nous plonge dans un univers SF pur jus qui va ravir les amateurs du genre.

    Parce que soyons clairs, Cookie Monster n'est pas le plus abordable des titres de la collection Une Heure-Lumière parus à ce jour. Le lecteur pénètre cette fois dans un univers de pure Hard-SF où l'on parle de condensat de Bose-Einstein et où tout le propos est sous-tendu par l'une des marottes de l'auteur : la singularité. Pour autant, Cookie Monster n'est (heureusement) pas un récit hermétique, il demande juste un plus grand investissement au lecteur. Il s'agit de suivre le parcours de Dixie Mae, une employée d'un service client du géant Lotsa Tech encore toute fière de son embauche. Seulement voilà, dès son premier jour, un mail de très mauvais goût lui parvient et la met dans une rage folle. Avide de découvrir qui sur le campus de Lotsa Tech a pu lui envoyer une telle chose, Dixie Mae entraîne l'arrogant Victor dans une quête aussi impulsive que risquée. 

    Il est vrai que dit ainsi, l'intrigue de Cookie Monster ne semble ni d'une grande profondeur ni d'une grande difficulté. C'est mal connaître Vinge. Celui-ci aborde le thème de la singularité en nous plongeant dedans jusqu'au cou. Et si tout n'était qu'une illusion ? L'américain jongle avec les IAs comme avec ses personnages et finit par fusionner deux axes de lecture : celui de la pure science-fiction technologique et celui du conte. A mi-chemin entre Alice aux pays des merveilles et Oz, Cookie Monster file sa métaphore et renvoie le lecteur assez loin du Kansas, dans une sorte de pays magique où l'informatique sert d'univers et où la sorcière se terre hors de portée de nos malheureux héros. Toute la force du récit de Vernor Vinge tient autant dans cette comparaison et dans son habilité à entretenir le suspense qu'à la nature réelle du piège qui retient Dixie Mae et ses compagnons.

    En proposant un voyage où l'intellect est parfois mis à rude épreuve, Vinge épate totalement. Son texte parvient à capter ce qui fait le charme de la Hard-SF intelligente, c'est-à-dire qu'il ne sacrifie jamais sa plume ni ses personnages sur l'autel d'une froideur purement mathématique. Peut-être est-ce là un contre-coup de l'aspect conte de son histoire, mais chaque protagoniste devient attachant (ou irritant dans le cas de Victor) en un nombre congru de pages. La machination qui se love derrière les péripéties de Dixie Mae gagne sans cesse en puissance et culmine dans une fin ouverte (et infinie) où le titre bien énigmatique prend tout son sens. Plus loin encore, et de façon détournée, Vinge pose la question du statut de l'IA. Dès lors que celle-ci pense et a conscience d'être, est-elle humaine ? Est-elle une nouvelle forme de vie à part entière ? Car derrière l'attachement du lecteur aux personnages, c'est bien cette interrogation qui demeure.

    Cookie Monster ne déçoit pas, très loin de là même. Brillant récit de Hard-SF qui permet à Vernor Vinge d'aborder de nouveau la singularité et la question de l'Intelligence Artificielle, la novella fourmille d'idées dont celle, magnifique, de transformer un monde informatique en un univers de conte retors. Pousserez-vous la porte avec Dixie Mae ?

     

    Note : 9/10 

    CITRIQ

    [Critique] Dragon

     

    Suivre l'actualité du site :

    Abonnez-vous à la page Facebook   

    Littérature

     Suivez sur Twitter :

    Cinéma


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    vegapunk
    Mercredi 20 Janvier 2016 à 18:17

    Je ne lirai rien du résumé mais je compte bien me le procurer, comme les deux premières novella de la collection. Vive le Belial quand même: pourvu que ça marche sur le long terme !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :