• [Critique] L'Hérésie d'Horus, Tome 19 : La Bataille de Calth

    [Critique] L'Hérésie d'Horus, Tome 19 : La Bataille de Calth

    Le tome 17, Délivrance Perdue, inaugurait la seconde période de L'Hérésie d'Horus avec les batailles Post-Istvaan V. Pour le 18ème volume, l'empereur de la Black Library est de retour aux affaires. Dan Abnett se retrouve en charge de La Bataille de Calth, l'autre tournant décisif de l'Hérésie, et se concentre sur la légion des Ultramarines jusqu'ici peu exploitée (si l'on met de côté le médiocre La Bataille des Abysses). D'une certaine façon, ce récit fait suite au Premier Hérétique où l'on avait laissé Argel Tal, le commandant des Gal Vorbak, en attente de l'assaut sur Calth. Sauf qu'ici, tout, ou presque, sera vu du point de vue des Ultramarines. Et encore une fois, inutile de le cacher, Dan Abnett fait des merveilles.

    Horus a étrillé trois légions loyalistes sur le sable d'Istvaan V. Pourtant, rien est encore joué pour les renégats. Il reste un obstacle majeur au succès du Maître du Guerre et à son attaque sur Terra : Les Ultramarines. La XIIIème légion est, de loin, la plus importante des légions space marine loyaliste. Roboute Guilliman dispose de deux cent mille hommes prêt à se battre. Horus laisse donc les mains libres au plus vieil adversaire de la treizième...Lorgar et ses Word Bearers. Depuis l'affront de Monarchia, ceux-ci n'espèrent qu'une chose : se venger des Ultramarines. Alors que la légion de Guilliman se rassemble autour de Calth sur l'ordre d'Horus ignorant encore sa trahison, la flotte de Lorgar et de ses séides arrivent pour "épauler" son illustre frère. Dans les flammes et la douleur, Calth et les Ultramarines brûleront !

    Pour aborder cette immense boucherie qu'est la bataille de Calth, Dan Abnett choisit de la raconter avec une certaine originalité. On assiste en effet à une sorte de compte-rendu historique avec un texte entrecoupé de repères chronologiques. Cette astuce qui n'a l'air de rien permet pourtant une chose géniale. Elle agit comme une sorte de compte à rebours avant l'attaque des Words Bearers. Ajoutez à cela le talent totalement insolent d'Abnett pour faire graduellement monter la tension et la première partie - le "prélude" - devient une lente montée en puissance extrêmement jouissive qui relate simultanément la position des forces spatiales et terrestres, présente les personnages principaux et surtout dévoile le plan machiavélique de Kor Phaeron et Lorgar. Pendant près de la moitié du roman, on assiste à un massacre en règle qui fait prendre tout son sens au mot épique. Car c'est bien ce que l'on retiendra en premier lieu du récit.

    La Bataille de Calth n'est rien de moins que le blockbuster de la série de L'Hérésie d'Horus. Abnett a passé une bonne centaine de pages à placer ses pions et ses enjeux et fait tout sauter d'un coup d'un seul. Imaginez. Une légion de près de cent vingt mille space marines épaulés par des démons du chaos, des millions de cultistes et des Titans se retournant contre leurs frères et leurs alliés. Imaginez un vaisseau lancé à pleine vitesse qui percute une plate-forme orbitale grouillant de navires et explosant au beau milieu. Imaginez un croiseur de 8 km de long qui s'écrase au ralenti sur une ville. Imaginez des croiseurs et des cuirassés en train de raser des villes et de saigner à blanc une flotte entière. Imaginez tout cela et vous ne serez encore qu'à la moitié du chemin. Le style d'Abnett, vif, emporté et tonitruant, nous ballotte en plein milieu d'une tempête sans commune mesure. Aucun des passages de L'Hérésie d'Horus n'a été si intense et si cinématographique. La lecture de la bataille, qu'elle soit spatiale ou terrestre, vaut tous les blockbusters hollywoodiens. Comme si ce n'était pas suffisant, Abnett prend un malin plaisir à révéler la nature chaotique des Word Bearers et dès lors, les démons entrent en scène. Épique que l'on vous dit !

    Ce que l'on apprécie également tout particulièrement, c'est cette intensité avec laquelle Abnett incarne ses personnages, qu'ils soient Ultramarines, Adeptes de la Machine ou Gardes Impériaux. Il en profite aussi pour introduire un nouveau personnage "spécial" avec Oll Persson, un individu bien plus important pour le cycle qu'il n'en a l'air...ainsi qu'un revenant de son excellent roman Légion. Bref, du fan-service que tous les amoureux du cycle apprécieront. La fin du roman, relativement vite expédiée, laisse la voie libre au recueil La Marque de Calth et à l'histoire de la guerre souterraine - tome qui sera publié à l'été 2015 - permettant à l'histoire de ne pas s'éterniser. La Bataille de Calth s'avère en effet un des plus courts récits de L'Hérésie d'Horus, pour le meilleur puisque c'est bien la longueur des romans de la franchise qui représentent souvent un handicap. Enfin, le dernier élément de réjouissance, ce sont les éléments de fin qui font non seulement avancer la guerre galactique mais la rende également plus crédible - on sait enfin pourquoi les loyalistes ne pourront pas atteindre Terra à temps.

    Une tuerie, au sens propre comme au figuré.
    La Bataille de Calth est un récit intense, trépidant et explosif. Abnett joue le jeu du grand spectacle et nous livre un récit de SF militaire hard-boiled ultra-jouissif. Incontournable que l'on soit fan ou non.

    Note : 8/10

    Critique du Tome 1, L'Ascension d'Horus ici.
    Critique du Tome 2, Les Faux Dieux ici.
    Critique du Tome 3, La Galaxie en flammes ici.
    Critique du Tome 4, La Fuite de L'Eisenstein ici.
    Critique du Tome 5, Fulgrim ici.
    Critique du Tome 7, Légion ici.
    Critique du Tome 8, La Bataille des Abysses ici.
    Critique du Tome 9, Mechanicum ici.
    Critique du Tome 10, Chroniques de L'Hérésie ici.
    Critique du Tome 12, Un Millier de Fils ici.
    Critique du Tome 14, Le Premier Hérétique ici.
    Critique du Tome 15, Prospero Brûle ici.
    Critique du Tome 16, L'Âge des Ténèbres ici.
    Critique du Tome 17, Les Morts Oubliés ici.
    Critique du Tome 18, Délivrance Perdue ici.

    CITRIQ


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :