• [Critique] Le Jour des morts-vivants

    [Critique] Le Jour des morts-vivants


    Sept ans après Zombie (Dawn of the Dead), le cinéaste américain George A. Romero revient à sa saga culte après un détour chez Stephen King avec le fameux Creepshow. Troisième volet de ce qui constituait à la base la trilogie des morts-vivants, Le Jour des morts-vivants sort sur les écrans en 1985. Contrairement à Zombie qui avait souffert de maquillages et effets spéciaux poussifs, ce volet bénéficie d'une toute autre gamme d'artifices toujours issus du savoir-faire du génial Tom Savini. Alors que le dernier volet montrait une apocalypse en cours, celui-ci s'intéresse au genre post-apocalyptique, les morts-vivants dominant désormais ce qu'il reste de l'humanité. Film crucial dans l'évolution du zombie selon Romero, Le Jour des morts-vivants a toujours vécu dans l'ombre de son illustre prédécesseur. A raison ?

    Le Jour des morts-vivants s'ouvre de la même façon que Zombie s'est conclu : dans un hélicoptère. A la recherche de survivants, Sarah Bowman, une scientifique, quelques militaires et John, le pilote, s'aventurent dans une grande ville qui s'avère envahie de zombies. Comprenant bien vite leur échec, ils rebroussent chemin vers un complexe souterrain - en fait un silo à missile - où militaires et scientifiques cohabitent tant bien que mal, à la fois pour survivre à l'apocalypse, mais également pour tenter de trouver une solution au problème mort-vivant. Malheureusement, le décès du major Cooper place le capitaine Rhodes en position de force. Irascible au possible et très peu sensible à la question scientifique, Rhodes n'a que faire des recherches du Dr Logan, surnommé Dr Frankenstein par les autres hommes. Pourtant, celui-ci est sur le point de trouver quelque chose de capital à propos des zombies, grâce à Bub, un mort-vivant pas comme les autres...

    Pour une raison obscure, Le Jour des morts-vivants est passé au second plan dans la filmographie de Romero. Éclipsé par Zombie, un film malheureusement très surestimé, le 3ème volet de la saga des morts-vivants n'a pourtant pas du tout à rougir de la comparaison avec son prédécesseur. Malgré son évident statut de série B, Le Jour des morts-vivants recèle assez d'originalités et d'éléments critiques pour surpasser son postulat de départ. Là où les morts-vivants de Zombie n'étaient encore que des monstres ambulants ne gardant qu'un lointain instinct pour le consumérisme, ceux de cet opus prennent une toute autre dimension dans l'esprit de Romero. Poursuivant l'objectif d'humaniser ses morts-vivants au détriment des représentants pathétiques de l'espèce humaine, l'américain franchi un nouveau palier avec Bub, le zombie dressé du Dr Logan. Grande attraction du métrage, bénéficiant de surcroît des excellents maquillages de Tom Savini ainsi que de la solide interprétation de Sherman Howard, Bub démontre que le zombie évolue, qu'il peut devenir à terme une nouvelle espèce. Conditionné par la méthode de Pavlov par le Dr Logan, Bub devient très rapidement le plus sympathique et le plus attachant des personnages du film. Contrepoids idéal à la folie des survivants humains, Bub devient la métaphore parfaite du mode de pensée de Romero.

    En effet, Le Jour des morts-vivants prolonge la réflexion politico-sociale de la saga. Cette fois, ce sont deux camps qui s'affrontent : les militaires et les scientifiques. Un peu à la façon de The Crazies, Romero dénonce avec virulence la dictature militaire ainsi que l'usage de la force. Représentés comme une bande d'imbéciles incapables ou presque de faire preuve d'humanité, les soldats du film donnent une piètre image du genre humain, en particulier le capitaine Rhodes qui sombre peu à peu dans une folie autodestructrice. Cependant, contrairement à The Crazies, les scientifiques ne valent guère mieux. Le docteur Logan et ses assistants ont peut-être à cœur d'étudier des zombies, mais leurs méthodes s'avèrent plus que discutables sur le plan éthique. A sa façon plus douce et moins évidente, Logan apparaît tout aussi monstrueux que le capitaine Rhodes. Au milieu, Sarah, John et Bill incarnent les derniers vestiges d'une humanité sensée et sensible. Sans sombrer dans le pessimisme le plus total, Romero explique à travers Le Jour des morts-vivants son désespoir vis-à-vis de ses congénères. 

    Outre ces éléments, il y a une véritable volonté de changement dans ce troisième volet. Mieux filmé que ses prédécesseurs, plus lisible et rythmé dans le déroulement de son intrigue, Le Jour des morts-vivants ne tire plus vers la série Z comme le faisait Zombie à de nombreuses reprises. Ce sont aussi ses effets spéciaux et notamment les excellents maquillages de Tom Savini qui semblent cette fois disposer des moyens nécessaires à ses ambitions. On retrouve pour la première fois des morts-vivants décrépits où la chair lâche, où le pus dégouline. De même, et grâce à ce sursaut qualitatif, les quelques scènes de démembrement si chères à Romero prennent ici une toute autre envergure (Il est d'ailleurs amusant de noter que le massacre du soldat Rickles sera repris par Dead Set pour le personnage du producteur des années plus tard). On est bel et bien dans une horreur visuelle convaincante qui inspirera par la suite des générations de cinéastes et maquilleurs. 

    Grand film injustement déprécié, Le Jour des morts-vivants représente un bon exemple de la série B qui explose ses limites grâce à une foule de bonnes idées. A commencer par la dimension antimilitariste et finalement nihiliste de son intrigue, sans oublier sa volonté de faire évoluer la figure zombiesque, préfigurant ainsi des œuvres récentes telles Warm Bodies ou L'éducation de Stoney Mayhall. Jalon important pour le genre, ce troisième volet marque paradoxalement la fin d'une époque puisqu'il faudra près de vingt-ans pour que Romero revienne à sa saga culte avec Land of The Dead en 2005.
    Un classique à redécouvrir.

    Note : 8/10



    [Critique] Le Jour des morts-vivants

    Suivre l'actualité du site :

    Abonnez-vous à la page Facebook  
     

    Littérature

     Suivez sur Twitter :

    Cinéma

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :