• [Critique] Space Marines Battle, Tome 2 : Helsreach

    [Critique] Space Marines Battle, Tome 2 : Helsreach


    L'Hérésie d'Horus
    constitue la plus imposante saga littéraire autour de l'univers de Warhammer 40.000 publié chez Black Library. Pourtant, il en existe d'autres comme Les Fantômes de Gaunt de Dan Abnett....ou les Space Marine Battles. Ces derniers romans s'intéressent à des batailles légendaires menées par les Space Marines, les troupes d'élite du genre humain. A l'heure actuelle, il en existe 14 volumes. Contrairement au cycle de L'Hérésie d'Horus, chaque roman est un one-shoot. Moins populaire que son illustre aîné, la série comprend pourtant plusieurs tomes à la réputation flatteuse au sein du fandom. Nous commencerons aujourd'hui par LE plus renommé : Helsreach d'Aaron Dembski-Bowden. Ecrit avant Le Premier Hérétique, le premier écrit de Dembski-Bowden pour l'Hérésie D'Horus, Helsreach s'intéresse à une des campagnes les plus légendaires de Warhammer 40.000 : la troisième guerre d'Armageddon.

    Encore marqué par les stigmates de la dernière invasion ork, le monde industriel d'Armageddon se retrouve de nouveau en état d'alerte. Les patrouilles de reconnaissance impériales font état de l'avancée d'une gigantesque flotte peau-verte. L'ordre est donné à tous les régiments de la Garde Impériale et tous les chapitres Space Marines disponibles de venir défendre une nouvelle fois la légendaire planète. Bientôt la rumeur se répand sur la planète, Ghazghkull Thraka est de retour. Le vieux Yarrick, l'amiral Parol et un certains nombres de maîtres de chapitres se préparent à l'accueillir comme il se doit. Parmi les forces impériales se trouve le glorieux chapitre des Black templars. Les Croisés de l'Empereur menés par le redoutable Haut Sénéchal Helbrecht vont livrer un de leurs combats les plus déterminants. Pour défendre la cité-ruche Helreasch, le Sénéchal a choisi un chapelain nouvellement nommé comme Réclusiarque : Mereck Grimaldus. Tandis que la cité fortifié assiste à l'arrivée massive des armées orks, Grimaldus et sa croisade gravissent les remparts de la ville. La guerre est sur eux, et ils mourront pour défendre Helsreach.

    Roman de divertissement pur, Helsreach est un récit de SF Militaire burné. Aaron Dembski-Bowden porte son dévolu sur un des chapitres les plus fanatiques (c'est dire !) et arrive à rendre de façon particulièrement convaincante la dichotomie "devoir de protection de l'humanité" et "caractère totalement surhumain des Marines". Ce paradoxe s'incarne à merveille dans le personnage principal, Grimaldus, véritable attraction du roman, sévèrement charismatique mais aussi étonnamment pragmatique. Empli de doutes, le personnage permet pour une fois d'entrevoir le désespoir qui ronge les défenseurs de l'humanité dans ce futur apocalyptique sans issue. Pour mieux nous faire pénétrer les pensées du chapelain, l'auteur alterne la première personne du singulier et la troisième. De ce fait, on bénéficie souvent d'un point de vue radicalement différent des mêmes événements. Une excellente idée. De même, le contraste offert entre le fanatisme des autres Black Templars et Grimaldus permet de mieux mettre en valeur le caractère post-humain des Marines. Une partie de la "réflexion" menée par Dembski-Bowden tourne autour de cette question : Comment des guerriers aussi surpuissants et modifiés peuvent-ils encore correspondre aux critères humains ?

    Mais ne nous y trompons pas, avant tout, Helsreach est l'histoire d'une défense désespérée d'une cité que l'on sait perdu d'avance. Ce côté dramatique s'allie aux nombreux passages héroïques du roman (avec les discours de Grimaldus en point d'orgue) pour offrir une lecture puissante et passionnante. Le roman devient un vrai page-turner. De surcroît, l'auteur reste le plus respectueux possible du fluff de Warhammer 40.000, un élément qui ravira les fans de la franchise, premiers concernés par le livre. Mieux encore, il ne néglige pas ses personnages secondaires, du maître des docks au princeps de Titan en passant par les troupes de choc, le récit offre quelques beaux seconds couteaux qu'on espère grandement retrouver à l'avenir. Malgré la qualité un peu fluctuante de son écriture (oeuvre de jeunesse oblige), Dembski-Bowden se débrouille extrêmement bien notamment lorsqu'il change d'échelle, passant du Titan Imperator au milicien avec une aisance salutaire pour son histoire. Cette vision globale de la bataille ne fait pourtant jamais perdre au récit son sens de l'épique et du grandiloquent (dans le bon sens du terme). Le roman comporte son lot d'affrontements et de confrontations mémorables et quelques instants poignants en prime, à commencer par l'énumération des morts Black Templars avec cette sensation que leur effectif fond comme neige au soleil devant les millions d'orks.... ou encore l'épilogue, magnifique et concis.

    Fidèle à sa réputation, Helsreach assume parfaitement son statut de divertissement gonflé à la testostérone. On ne décroche pas un instant du récit mené tambour-battant par Aaron Dembski-Bowden qui décrit avec passion ce siège haletant et dresse des portraits charismatiques à souhait - à commencer par l'inoubliable Grimaldus - au cœur d'une titanesque bataille. Une grande réussite et un vrai indispensable pour les fans de Warhammer 40.000 (et de SF militaire en générale).

    Note : 7.5/10

    CITRIQ


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :