• [Critique] The Last Girl : Celle qui a tous les dons (The Girl with All the Gifts)

    [Critique] The Last Girl : Celle qui a tous les dons
    Prix du Public Gerardmer 2017

     Après un premier long-métrage, Outcast, passé totalement inaperçu, l'américain Colm McCarthy réalise son second long-métrage en adaptant le scénario écrit par le britannique M.R. Carey (pseudonyme de Mike Carey). The Girl with All the Gifts (pour lui donner au moins une fois son véritable titre et ne pas tomber dans le délire marketing à la française) est en effet adapté du roman éponyme du même M.R. Carey (et traduit en France chez L'Atalante). Film de genre horrifique, il nous emmène dans un monde où l'apocalypse zombie a eu lieu mais pas forcément de la façon attendue. Pour porter cette histoire sur grand écran, McCarthy recrute Gemma Arterton, Paddy Considine et Glenn Close tout en offrant le rôle principal de Mélanie à une jeune inconnue : Sennia Nanua. Qu'apporte The Girl with All the Gifts au genre horrifique et zombiesque en particulier ?

    En premier lieu, une approche du phénomène de contamination légèrement différente. Ici, c'est un agent pathogène fongique (comprendre un champignon) qui infecte le cerveau de la victime et la rend affamée (c'est d'ailleurs le nom de cette variante zombie, The Hungries). Une petite touche d'originalité bienvenue mais...pas si originale que ça pour les plus fins connaisseurs puisque c'est le principal ressort du jeu vidéo et chef d'oeuvre The Last of Us (sorti un an avant le roman de Carey...). Non, la réelle originalité de cette nouvelle histoire, c'est avant tout son excellent point de départ. Le spectateur fait connaissance avec Mélanie (qui sera également le principal point de vue durant le film), une gamine qui semble aussi adorable que curieuse. Enfermée dans une cellule, elle est emmenée chaque jour ligotée sur une chaise roulante par des militaires jusqu'à une salle de classe où Mme Justineau fait cours à une trentaine d'enfants particuliers. Comme eux, Mélanie est spéciale. En fait...Mélanie est un monstre, qui, s'il sent l'odeur de la viande, devient fou et tente de dévorer tout ce qui passe à sa portée. Le problème, c'est que pour une mystérieuse raison, Mélanie reste tout à fiat humaine en dehors de ses accès de fureur. Elle pourrait être la clé de l'épidémie qui ravage la Terre et transforme les hommes en affamés.

    Encore une fois, on remarque la similitude avec The Last of Us qui frôle le plagiat puisque dans le jeu vidéo également on retrouve une jeune fille, Ellie, qui pourrait être la clé de l'antidote pour sauver l'humanité. Passé ce constat, revenons donc sur la première partie du film où l'on suit le personnage de Mélanie interprétée par une Sennia Nanua véritablement bluffante. Ce qui donne toute sa puissance au métrage, c'est de jouer sur la dualité monstre/enfant avec une justesse épatante. Toute la partie dans la prison est d'ailleurs une très grande réussite. Non seulement visuellement avec une sensation de claustrophobie extrêmement réussie, mais aussi humainement avec une empathie immédiate pour cette gamine pas comme les autres ainsi que pour sa relation poignante avec Mme Justineau. Tant que le film s'appuie principalement sur Mélanie et sa façon de découvrir sa véritable nature, The Girls with All the Gifts apparaît comme une histoire puissante qui lorgne davantage vers The Last of US que vers World War Z (et c'est heureux !). Colm McCarthy va cependant devoir faire avancer son histoire et ne peut éviter certains défauts/clichés du genre.

    Avant de revenir sur ces défauts, on comprend à un certain moment que le métrage va devenir un road-movie avec la fuite des principaux personnages. On est alors témoin de quelques scènes vraiment impressionnantes avec ces hordes de zombies contre les clôtures ou un Londres totalement envahi de créatures affamées dans un style proche de 28 Jours plus tard. L'atmosphère réussie du film doit d'ailleurs autant à la mise en scène de McCarthy qu'à la musique de Cristobal Tapia de Veer - qui s'inspire cependant parfois un peu trop de la bande-son d'Arrival. Tout fonctionne donc très bien dans The Girl with All the Gifts mais l'on n'évite pas les incohérences et les actes stupides de film d'horreur de série B (comme l'oubli du silencieux pour un militaire entraîné). Heureusement pour l'histoire, ces incohérences restent relativement tolérables, et la relation entre Mélanie et les autres humains se révèle tellement réussie qu'on oublie un tantinet le reste. Il faut cependant pointer du doigt une dernière partie relativement peu convaincante qui contraste avec une idée pourtant très forte (et qui renvoie à celle développée dans Je suis une Légende, le roman) qui est celle que l'humanité doit céder sa place à une espèce nouvelle, plus adaptée. Cette thématique n'est malheureusement pas assez exploitée et un peu trop rapidement expédiée, ce qui s'avère dommage tant la puissance de cette idée se perçoit lors de l'ultime confrontation entre Mélanie et le Sergent Parks. On se consolera avec un casting franchement excellent, Glenn Close et Paddy Considine en tête, et avec une fin relativement maligne.

     The Girls with All the Gifts (ou The Last Girl - Celle qui a tous les dons selon les publicitaires français) fait mieux que beaucoup de films/séries zombiesques récents. Il aborde surtout la question sous un angle intelligent et sensible qui permet au long-métrage de Colm McCarthy de se démarquer dans le paysage horrifique. Une bonne surprise en somme.

     

    Note : 8/10

    Meilleure(s) scène(s) :  Mélanie racontant une histoire en classe 

    Affiche française 

    [Critique] The Last Girl : Celle qui a tous les dons

    Bande-annonce :

     

     

    Suivre l'actualité du site :

    Abonnez-vous à la page Facebook   

    Littérature

     Suivez sur Twitter :

    Cinéma


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Juin à 14:53
    Shaya

    Ah j'avais complètement oublié ce roman et le fait qu'il allait être adapté en film, merci pour le rappel, il faut que je regarde !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :