• [Critique TV] American Gods, Saison 1

    [Critique TV] American Gods, Saison 1

     En 2011, l'auteur américain Neil Gaiman annonce un projet d'adaptation d'une de ses œuvres les plus connues, American Gods, en collaboration avec la prestigieuse chaîne HBO. Après de multiples rebondissements, le projet prend l'eau et c'est finalement la chaîne Starz qui récupère la série. Pour s'occuper de cette première saison, Starz fait appel à des poids lourds du domaines : Bryan Fuller (Pushing Daisies, Hannibal), Michael Green (The River, Logan) et David Slade (Hard Candy, 30 jours de Nuit). La première saison affiche 8 épisodes au compteur et un casting des plus alléchants notamment avec le retour d'un certain Ian McShane (Deadwood) et de l’évanescente Emily Browning (Sucker Punch, The Sleeping Beauty). Le problème, c'est que le roman de Gaiman reste une adaptation très complexe du fait de la richesse de son monde et des nombreuses mythologies impliquées. Malgré la présence de l'auteur lui-même au poste de scénariste, American Gods peut-il passer au format série TV sans perdre ce qui faisait son charme original ?

    Tout d'abord, résumons pour les deux du fond ce qu'est American Gods. Dans l'Amérique d'aujourd'hui, Shadow Moon (aka Ombre) sort de prison après avoir purger une peine de plusieurs années pour tentative de vol dans un casino. A sa libération, il apprend que sa femme, Laura, est décédée dans un accident de voiture et qu'elle le trompait avec son meilleur ami. En route pour l'enterrement, il fait la connaissance d'un homme mystérieux du nom de Wednesday (aka Voyageur) qui lui demande d'entrer à son service. Après une longue réflexion et quelques shots, Shadow Moon accepte. Il ne se rend pas compte qu'il vient de pactiser avec une puissance bien au-delà de sa compréhension. Une guerre se prépare en Amérique et opposera les Dieux d'antan aux Dieux modernes. Et Shadow Moon vient de choisir son camp...
    Voilà, peu ou prou, le sujet d'American Gods, du moins pour tenter de résumer une oeuvre aussi énorme et vaste que celle créée par Neil Gaiman. De surcroît, la série intègre des éléments de la "suite", Anansi Boys, faisant du projet un formidable défi créatif et narratif.

    Un défi qui semblait taillé sur mesure pour Bryan Fuller et David Slade, deux habitués des œuvres esthétiquement exigeantes et qui n'ont pas froid aux yeux. Le pilot, très efficace, souffle pourtant le chaud et le froid. Pour présenter l'univers d'American Gods et sa cohorte impressionnante de Dieux, les créateurs de la série choisissent de prendre leur temps et d'insérer de multiples histoires/légendes dans leur récit pour introduire chaque divinité. Cette excellente idée est pourtant à double tranchant, mais nous y reviendrons. Ainsi, le premier épisode s'ouvre sur l'arrivée d'un Dieu viking dans le Nouveau Monde. Et là...énorme déception. On retrouve vingt figurants sur une plage déserte, des effets numériques cheap et du sang par hectolitres pendant des ralentis gratuits. Malgré une idée de base excellente, on retrouve là en réalité tous les défauts des séries estampillées Starz depuis Spartacus. Au cours du pilot, on s'aperçoit de l'omniprésence de filtres ainsi que du recours aux images de synthèse. Le véritable problème, c'est que Starz ne dispose pas d'une équipe de qualité pour ce genre de choses et le résultat s'avère totalement inégal. Il peut être génial (L'animation en début d'épisode 5 !) ou d'une médiocrité affolante (le jardin d'os de l'épisode 1, les portes de la mort...). Autre point immédiatement contestable, Starz est resté bloquée à une certaine époque racoleuse (HBO par exemple faisait de même dans les premières saisons de Game of Thrones) en ajoutant du sang par hectolitres et des nude full-frontal pour faire oser. Sauf que le résultat se révèle juste putassier. 

    Ce genre de défauts que l'on constate dans l'épisode pilot se retrouve par la suite de façon plus ou moins prégnante. Heureusement, American Gods peut compter sur beaucoup d'autres choses. A commencer par un casting parfait où s'illustre Ricky Whittle qui compose un Shadow Moon impeccable, où Ian McShane retrouve enfin un rôle à sa juste mesure en Wednesday et où de nombreux rôles secondaires brillent par leur charisme. On citera l’excellente Gillian Anderson en Marilyn Monroe/David Bowie,  le génial Pablo Schreiber en MadSweeney ou encore le terrible Peter Stormrare en Czernobog. Dans le même ordre d'idée, le show fourmille d'idées de mise en scène et de tableaux esthétiquement magnifiques. Il faut reconnaître à Fuller et à Slade de savoir parfaitement magnifier leurs créations, tant sur le plan des univers dévoilés que sur celui des dieux purement et simplement. La série, à l'instar du roman, développe une mythologie délectable pour le spectateur en opposant Dieux anciens et Dieux de l'ère Moderne (Média, communication,TV ,  etc...). Ces derniers sont d'ailleurs l'une des plus grandes réussites de cette première saison, non seulement grâce aux excellents acteurs qui les incarnent, mais aux multiples idées visuelles pour les mettre en scène. 

    American Gods rappelle d'ailleurs par moment Penny Dreadful lorsqu'il capitalise sur des quasi-loners (épisodes 4 et 7) qui sont, de loin, largement meilleurs que les autres. Le long de ces huit premiers épisodes, la série nous captive par son monde d'une immensité désarmante, rempli de créatures et de dieux tous plus fascinants les uns que les autres. C'est là aussi que réside le principal défaut de la série, à savoir son rythme. Bryan Fuller est tellement préoccupé par son esthétisme et par les histoires qu'ils insèrent au cours des épisodes qu'il transforme la première saison en une longue introduction où le récit fait du sur-place les trois quarts du temps. Le pari est osé mais il est aussi à double-tranchant comme nous le disions plus haut. D'un côté, le spectateur visite un univers foisonnant et passionnant, de l'autre côté, l'aventure n'avance quasiment pas, si bien qu'on est un peu au même point en fin de saison qu'après les quelques premiers épisodes. American Gods joue les équilibristes et risque en fait la chute à tout moment. C'est assez dommage car quelques petites prouesses viennent améliorer cette narration ultra-lente. L'épisode 7, par exemple, en forme de conte populaire, est un petit chef d'oeuvre de même que le passage dans la ville de Vulcain. Tout le problème de cette première saison réside dans le fait qu'il faut être prêt à visionner huit heures d'introduction...en espérant que la future saison 2 passe la seconde (enfin!).
    Il manque enfin une dernière chose à la série : un fond fort et moderne. Pour le moment, la question de la religion n'a été qu'effleurée par les créateurs. Du coup, la première saison reste un pur divertissement qui ne questionne pas encore réellement son matériel de base. Le résultat ? Du divertissement qui manque d'une véritable portée symbolique.

     Globalement, American Gods s'en sort très bien. Un casting magnifique, une mise en scène souvent excellente à peine gâchée par quelques images de synthèses/idées contestables, et un univers sublime. Reste que cette introduction forte en promesses demande maintenant à aboutir à quelque chose de plus marquant en ne sacrifiant pas son rythme narratif sur l'autel de l'esthétisme pur et dur.
    A ce petit jeu, The Handmaid's Tale corrige sévèrement la série de Starz.

     

    Note : 8/10

    Meilleur épisode :   Episode 7 - A Prayer for Mad Sweeney

    Suivre l'actualité du site :

    Abonnez-vous à la page Facebook   

    Littérature

     Suivez sur Twitter :

    Cinéma


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :