• Maps to the Stars


    A l’occasion du Festival de Cannes cuvée 2014, le canadien David Cronenberg présente son dernier long-métrage intitulé Maps to the Stars. Après quelques films en demi-teinte comme l’ennuyeux et verbeux Cosmopolis ou l’inégal A Dangerous Method, le réalisateur choisit de poser sa caméra à Hollywood pour plonger dans le milieu des stars et des paillettes… Pour se faire, il entrecroise les destins d’Havana Segrand, une actrice has-been prête à tout pour retrouver la notoriété de sa mère, Benjie Weiss, un jeune garçon superstar prétentieux incapable de gérer sa célébrité correctement, et Agatha, une adolescente qui vient de débarquer à Hollywood et rêve d’approcher le milieu clinquant du cinéma. C’est lorsque cette dernière entre au service d’Havana que les choses se compliquent et que les chemins se croisent, révélant les fissures d’un tableau trop parfait.

    On connaît évidemment la propension de David Cronenberg à étriller les faux-semblants comme dans son excellent History of Violence et son nom moins formidable Eastern Promises. Dans Maps to the Stars, le canadien revient sur ce tableau de prédilection en y ajoutant ses thèmes fétiches que sont le rapport à la chair et la violence. En engageant une pléiade de stars talentueuses, il trouve immédiatement le ton juste. La preuve arrive immédiatement avec Julianne Moore, excellente dans son rôle d’actrice au rebut dont la conscience n’est qu’un lointain souvenir. Vient ensuite la géniale (on n’arrête pas de le dire) Mia Wasikowska incarnant une sorte de double juvénile d’Havana, promit en un sens aux mêmes tourments et déjà marqué par le feu de sa vie d’antan. Cronenberg se sert de ces deux prestations pour opposer jeunesse et déclin, Havana s’affirmant vite comme une épave du star-system, névrosée et souvent délirante, contrairement à la nouvelle génération incarnée à la fois par Benjie et Agatha, déjà contaminée par la folie du milieu, déjà porteur des germes de leur propre destruction.

    Mais si Cronenberg élabore un film aussi complexe en apparence que Maps to The Stars c’est pour revenir à un autre de ses amours, le rapport à la chair et à la famille. On comprend ainsi rapidement qu’aucun des trois personnages principaux ne sont normaux. Chacun à leur façon, ils ont été blessé dans leur chair, certains littéralement, comme Agatha et Benjie, d’autres métaphoriquement, comme Havana ou la mystérieuse mère de Benjie, Christina Weiss. En réalité, plus qu’une critique acide et jouissive d’un milieu décadent où le joint et l’alcool circulent chez les bébés stars et où les coups les plus bas sont devenus la norme, Maps to the Stars raconte en filigrane la déchéance physique de ses protagonistes dont la psyché s’effondre sous le poids de leur environnement et de leurs histoires. Ici, la schizophrénie se confond aux penchants psychotiques et se mêle aux penchants incestueux, rejoignant les relents malsain du cinéma de cronenberg en des temps plus lointains (Chromosome 3 par exemple).

    Pourtant, c’est aussi un plongeon dans le besoin de gloire qu’effectue Cronenberg dans Maps To The Stars où tous ses protagonistes recherchent, d’une façon ou d’une autre, la vénération et l’adulation. Du petit chauffeur qui se rêve acteur – excellent Robert Pattinson – au « docteur des stars » ridicule au possible lors de ses petites séances avec Havana. Sous ce besoin compulsif se terre pourtant chez Cronenberg un besoin d’être aimé qui contraste avec la solitude désespérée de ses personnages, comme une galerie de bouffons tragiques perdus dans un enfer saturé de paillettes. Le sens aigu de Cronenberg pour filmer la déliquescence de ses acteurs jusqu’à un final aussi brutal qu’inévitable donne également un bref aperçu de l’hypocrisie de ce monde hollywoodien qui, derrière l’écran et les artifices, prend des allures de Sodome et Gomorrhe moderne. Reste une légère déception, ce buzz un peu trop appuyé de Cannes envers la prestation de Moore, certes excellente, mais qui ne constitue pas pour autant la véritable prouesse annoncée par un prix d'interprétation.

    Avec ce Maps to the Stars, Cronenberg revient à un meilleur niveau mais encore trop faible en regard d’un History of Violence ou d’un Eastern Promises. Porté par une brochette d’acteurs sublimes et mêlant allègrement décadence et folie, le long-métrage a de sérieux arguments pour lui. De toute façon, rien que pour retrouver le trop rare John Cusack en tête-à-tête avec une Julianne Moore débridée, le film mérite d’être vu.

    Note : 7.5/10

    Meilleure scène : Havana et Agatha célébrant la mort d’un enfant noyé…


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 07:52
    Cachou

    Il y a un truc qu'il faut qu'on m'explique avec Robert Pattinson. Pourquoi tout le monde s'évertue à le qualifier d'excellent quand il est dans des films d'auteurs?!? Ce type n'est pas un acteur, c'est un mannequin. Il sait comment bien apparaître mais son jeu est trop visible. Certes, dans "Map to te stars", il est nettement meilleur que dans "Cosmopolis" (et que dans n'importe lequel de ses autres films). Mais j'impute cette amélioration autant à son temps d'apparence à l'écran (il apparaît peu donc n'a pas un jeu qui a le temps d'être réellement mauvais) qu'à l'influence des autres acteurs sur son jeu qui ne m'a pas semblé des plus subtils. 

    Alors, oui, le jeune homme apprend et s'améliore, nettement (c'était juste une catastrophe pour moi dans un "Twilight", dans un "Remember Me" ou dans un "De l'eau pour les éléphants"). Mais non, je ne peux toujours pas le considérer comme excellent, on le sent trop réfléchir à son jeu, ça crée un décalage. Quand je le vois à l'écran, j'ai l'impression de ressentir sa réflexion sur comment interpréter sa scène. "Hmmm, là, il faut que je fronce les sourcils pour montrer ma réflexion, là, il faut que je fasse un petit sourire un coin pour me montrer joueur", etc. Bizarrement, il me fait penser à Joe le personnage dans "Friends", c'est l'impression qui ressort pour moi quand je le vois jouer. 

    J'attends "The Rover" pour réviser mon jugement mais pour l'instant, non, je ne comprends pas tous les compliments auxquels il a droit...

    2
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 11:00

    Eh bien pour faire court pour te répondre, Pattinson est en effet mauvais là où tu l'as cité, et là dans Maps to the Stars très bon et dans The Rover, il est vraiment vraiment excellent.

    3
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 23:02
    Cachou

    Au fait, j'aime beaucoup mon petit lapsus révélateur (temps d'apparence au lieu de temps d'apparition ^_^). Mais pour ce film, je n'irai pas au-dessus de bon. Il n'y a rien de notable dans son jeu, surtout qu'il se laisse surtout mener par ses deux partenaires principales. Mais au moins, cette fois, on ne le "voit" plus jouer, ce qui est une très nette amélioration.

    Et donc, il y a de l'espoir pour "The Rover"... (reste à réussir à le voir).w

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :